Gare aux aliments ultra-transformés ! Rencontre avec le Docteur Anthony Fardet

anthony, fardet, scanup, application, produits, ultra, transformésDans le cadre de notre partenariat avec la société Siga, nous avons pu poser quelques questions au Docteur Anthony Fardet, chercheur en nutrition préventive et membre du comité scientifique de Siga. Il est également l’auteur de l’ouvrage Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai. Rencontre.

 

Bonjour Anthony Fardet, vous avez travaillé avec la startup Siga sur une méthode d’évaluation de la transformation des produits. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est un aliment ultra-transformé ?
La définition est en fait assez simple : ce sont des aliments – ou plutôt devrait-on parler de « produits » – qui contiennent au moins un texturant, un colorant ou un exhausteur de goût d’origine principalement industrielle, donc que vous ne pouvez pas trouver en faisant vos courses. Ils sont là pour restaurer, imiter et/ou exacerber les propriétés sensorielles de l’aliment. On peut parler de « faux » aliments ou « fake foods » dans le sens où les vrais aliments n’ont pas besoin qu’on les « maquille » avec des colorants, texturants ou exhausteurs de goût.
Les ingrédients ayant subi un process excessif à l’instar de l’hydrolyse (sirop de glucose), d’une haute purification (protéines et fibres ajoutées) constituent aussi des témoins d’ultra-transformation.

 

Que risque-t-on lorsque l’on consomme régulièrement des aliments ultra-transformés ? Faut-il totalement les supprimer ou peut-on en consommer occasionnellement ?
Ils deviennent délétères pour la santé quand ils sont consommés régulièrement, ceci pour au moins l’une des 4 raisons principales aujourd’hui bien identifiées :
1) Ce sont des calories « vides » de composés protecteurs que sont les vitamines, minéraux, fibres et antioxydants
2) Ils sont sources de sucres « rapides » et donc hyperglycémiants
3) Ils sont peu rassasiants : le sentiment de plaisir « addictif » l’emporte sur celui de satiété
4) Ils contiennent des composés nouveaux pour l’organisme dont on sait peu de chose sur les effets à long terme sur notre santé comme l’effet « cocktail », l’impact sur la microflore… : ce sont certains additifs, ingrédients très transformés et les composés néoformés lors des traitements technologiques drastiques
Ce cocktail crée le lit pour le surpoids, puis l’obésité et le diabète de type 2 ; ouvrant la porte à des maladies chroniques plus graves !…
Je recommande de ne pas dépasser 2 portions par jour de ces produits, idéalement une, par principe de précaution. Ces aliments doivent être l’exception et non la règle : ils doivent être utilisés temporairement pour ce pour quoi ils ont été conçus à l’origine, à savoir manger en déplacement, pour dépanner de temps en temps, pour leur longue durée de conservation utile dans certaines situations de la vie (randonnées…).

 

Pensez-vous que les consommateurs sont aujourd’hui suffisamment informés sur ces risques ?
De plus en plus depuis que j’ai introduit ce concept d’aliment ultra-transformé en France suite à la publication de mon bouquin grand public en juin 2017. Les médias ont pris le relai et j’ai été auditionné par la Commission d’Enquête Parlementaire sur L’Alimentation Industrielle le 6 juin 2018.
Ce qui manque aux consommateurs ce sont les connaissances pour « démasquer » sur les étiquettes les marqueurs de l’ultra-transformation que sont les colorants, texturants, exhausteurs de goût industriels, etc.. Dans l’attente d’une véritable éducation à l’alimentation au sein de l’école on ne peut que conseiller aux consommateurs de se méfier des listes d’ingrédients à rallonge avec des noms qu’ils ne connaissent pas ou qu’ils n’utilisent pas en cuisine. En outre, les produits ultra-transformés ont souvent des emballages très colorés, sont assortis de promotions alléchantes et peuvent présenter des mentions du type « Enrichi en… », « Céréales complètes », « Bon pour… », etc.

 

Pensez-vous que l’application ScanUp est un bon média d’information pour les consommateurs aujourd’hui ?
En attendant que l’éducation à l’alimentation se développe davantage une application comme ScanUp est très utile pour aider le consommateur à détecter le degré de transformation des aliments, notamment les produits ultra-transformés. Car le lien avec la santé est d’abord et avant tout avec le degré de transformation. La composition est aussi importante bien sûr mais vient dans un second temps pour choisir un aliment au sein d’un degré de transformation donné (car nous mangeons d’abord des aliments pas des nutriments : la porte d’entrée principale ne doit pas être les « nutriments » ; ce que ScanUp est le premier à proposer aujourd’hui.

 

 

Pour découvrir le degré de transformation de vos produits n’hésitez pas à télécharger l’application ScanUp.

Télécharger ScanUp :

télécharger application scanup

télécharger application scanup

Pour voir la description complète de l’application cliquez ici.